Barcelone se souvient d’Antoni Tàpies et de ses emblématiques créations catalanes

Fundació Antoni Tàpies

La mort de l’artiste barcelonais Antoni Tàpies, le 6 février 2012, peut être vue comme un moment décisif. Il n’a peut-être pas le statut légendaire de Picasso, Dalí ou Miro, mais au cours des jours qui ont suivi sa mort, des milliers de personnes ont afflué, en même temps que les caméras de télévision, à la Fundació Tàpies Antoni pour présenter leurs respects à l’un des plus célèbres – même si cela est controversé – artistes d’Europe.

Ayant remporté en 2003 le prix Velázquez, prix artistique le plus prestigieux d’Espagne, Tàpies a été largement reconnu comme l’artiste espagnol prépondérant de la seconde moitié du 20e siècle. Même s’il est trop tôt pour évaluer correctement son héritage, cela paraît-être un moment opportun pour se demander : pourquoi cet artiste, souvent cryptique, est-il si populaire?

Une approche non conventionnelle

Le comparer avec d’autres artistes ne suffit pas à tout expliquer. L’œuvre de Tàpies est caractérisée par des surfaces lacérées, des palettes de gris et de bruns et des motifs disloqués. Là où Picasso a transformé, simplifié et Miró s’est livré une créativité ludique, Tàpies a détruit. Il a plaidé pour une forme d’art qu’il décrivait comme de la «peinture matière», y appliquant sa rébellion catalane acharnée et son intellect féroce. En fait, cette technique semblait entièrement décomposer l’art de peindre.

Tàpies vernissait une toile et la recouvrait de matériaux non conventionnels, tels que de la poussière de marbre ou du sable. Ensuite il grattait et soutirait des chiffres et des textures de la surface, à côté desquels des fissures et des craquelures émergeaient. Fortement influencé par les développements scientifiques de l’ère nucléaire, l’artiste questionnait l’idée même de la substance : plutôt que d’utiliser des matériaux pour représenter une idée, le matériau lui-même était le sujet central.

Mais son art n’est pas pour les âmes sensibles. Tàpies a acquis une notoriété pour se concentrer sur des sujets désagréables comme celui d’un anus qui défèque, d’une vieille chaussette ou d’une chaussure jetée.

Fondation Antoni Tàpies  Antoni Tàpies

 

L’exposition actuelle

Afin d’évaluer l’héritage de l’artiste par vous-même, rendez-vous à la fondation Antoni Tàpies, Carrer d’Aragó. Situé dans un bâtiment moderniste rénové d’une maison d’édition, l’édifice est dédié à l’étude de l’art moderne. Il expose des œuvres de Tàpies ainsi que d’autres artistes. L’exposition actuelle, la collection # 2, présente une sélection de quelques-unes de ses meilleures œuvres. En faisant le tour de cette exposition, vous vous rendrez vite compte de la complexité de son héritage.

De ses premières expériences avec le surréalisme à ses peintures les plus emblématiques, les œuvres de Tàpies sont pleines de drame et complètement absorbantes. Cela dit, vous pourriez parfois avoir du mal à décrire ce que vous voyez. Sa sculpture “d’art trouvé”, une chaise en bois, pousse peut-être son mantra à l’extrême, mais l’éventail considérable de travaux d’une carrière qui s’étend sur sept décennies fait plus que compenser cela.

Par-dessus tout, un engagement politique ferme imprègne les créations de Tàpies. Un bon exemple dans l’exposition actuelle est une série exquise à l’encre indienne “Histoire Naturelle” – une collection de 30 dessins exceptionnellement fins des années 1950 qui fusionnent les formes humaines, animales et végétales avec des images explicitement politiques. Son implication avec le mouvement artistique underground au cours des années Franco signifie que ses références subversives, comme Barcelone même, sont une partie cruciale de son identité.

Le tentaculaire Gran Nus, “gros nœud”, domine un mur de l’espace d’exposition et est de loin son travail actuel le plus décisif. Avec son refus de distinguer nature et culture, vous verrez des chiffres et des croix épissées avec des formes abstraites et vous réaliserez que le travail de Tàpies est finalement sur ??la créativité elle-même. C’est peut-être la raison pour laquelle tant de Barcelonais ont pleuré son départ.

2 COMMENTS

  1. Je recommande la visite de nuit (pour la Nit des musées), la terrasse avec une chaussette géante qui vaut le détour.

    • Bonjour,

      Oui en effet, la Fondation Tapies vaut le détour, pour les amoureux d’arts. Même le bâtiment est magnifique. A bientôt!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here